Love you forever

Une maman tenait un soir son nouveau-né tendrement dans ses bras
et lui chantait tout doucement cette berceuse :

« Je t’aimerai toujours,
La nuit comme le jour,
Et tant que je vivrai
Tu seras mon bébé. »

Ce bébé devient un enfant qui explore l’univers qui l’entoure, touche à peu près tout ce qui croise son regard, vide tiroirs et placards, fais tomber, casse et épuise cette jeune mère qui craint qu’il ne se mette en danger, range, ramasse, répare.
Pourtant le soir venu, lorsqu’elle le regarde dormir, elle revoit ce nouveau-né si fragile, et lui chante:

« Je t’aimerai toujours,
La nuit comme le jour,
Et tant que je vivrai
Tu seras mon bébé. »

Ce tout petit garçon s’apprête à quitter l’enfance. Venir s’asseoir à la table familiale à l’heure des repas , prendre une douche ou passer du temps avec sa grand-mère sont autant de batailles que sa mère mène presque quotidiennement.
Pourtant le soir venu, lorsqu’elle le regarde dormir, elle revoit ce nouveau-né si fragile, et lui chante:

« Je t’aimerai toujours,
La nuit comme le jour,
Et tant que je vivrai
Tu seras mon bébé. »

L’enfance s’éloigne plus encore. Enfermé dans sa chambre, l’adolescent expérimente les styles vestimentaires les plus improbables écoutant ce bruit qui n’est de la musique que pour lui et ses amis. Sa mère peine à le comprendre.
Pourtant le soir venu, lorsqu’elle le regarde dormir, elle revoit ce nouveau-né si fragile, et lui chante:

« Je t’aimerai toujours,
La nuit comme le jour,
Et tant que je vivrai
Tu seras mon bébé. »

L’adolescent devient un homme et vole de ses propres ailes. Il se construit une nouvelle vie loin de sa mère.
Pourtant, il lui arrive encore de regarder son fils dormir en se remémorant ce:

« Je t’aimerai toujours,
La nuit comme le jour,
Et tant que je vivrai
Tu seras mon bébé. »

Le temps passe inexorablement et cette toute jeune maman devient une très vieille dame.
Elle appelle alors son bébé devenu père à son tour et lui demande de venir à son chevet:
« Je t’aimerai toujours,
La nuit comme le jour… »

(…)

« Je t’aimerai toujours,
La nuit comme le jour,
Et tant que je vivrai
Tu seras ma maman. »

Cette histoire bouleversante de Robert Munsch
remarquablement illustrée par Sheila Mc Graw,
est un peu la mienne, un peu la notre,
un peu celle de toutes les mamans qui,
dès l’instant qu’elles ont croisé le regard encore voilé de leur nourrisson,
expérimentent cet amour inconditionnel qui jamais ne les quittera.

15 commentaires

    1. Et je n’ai pas dévoilé la toute fin… Le fils devenu adulte rentre chez lui, s’arrête un instant en montant l’escalier, entre dans la chambre de sa fille, la prend dans ses bras et chante: « Je t’aimerai toujours, la nuit comme le jour et tant que je vivrai, tu seras mon bébé. »…

    1. C’est triste et émouvant parce qu’on ne peut s’empêcher de vivre l’histoire, de s’y projeter.
      Tout l’amour que l’on transmet à nos enfants restera gravé en eux à tout jamais! C’est une belle histoire pour expliquer aux enfants qu’on les aime pour toujours…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s