Barbie Curvy, prise de conscience ou pure hypocrisie?

J’ai découvert avec stupéfaction que Mattel, en créant Barbie Curvy, allait enfin donner des formes à sa poupée iconique aux mensurations quasi extra-terrestres.

Nous sommes loin de la mythique reine du Catwalk qu’était la Barbie lancée en 1959 et tellement plus proche d’une véritable femme.

 

J’ai spontanément été séduite par cette initiative.
Les chiffres que révèlent certaine études américaines font en effet froid dans le dos. Apprendre que 4 fillettes de 10 ans sur 5 ont peur de devenir grosses et que plus de 40% des 6-10 ans voudraient être plus minces est inquiétant.
Il devient urgent de ne plus imposer une image irréaliste de la femme idéale aux enfants.
Il faut arrêter de faire l’apologie des beautés anorexiques.
Barbie Curvy pourrait contribuer à donner aux petites filles une image saine du corps féminin.

 

Et puis, j’ai réfléchi à ce nom: Barbie Curvy…
Pourquoi Barbie Curvy et pas tout simplement Barbie?
La marque cherche-t-elle à faire comprendre aux petites filles que ce tout nouveau modèle de poupée a des mensurations normales ou qu’elle est « ronde » par rapport au canon de beauté qu’est la Barbie originelle?
Pourquoi la Barbie qui s’habille en 34 ( toujours commercialisée soit dit en passant) ne serait-elle pas rebaptisée à juste titre Barbie Skinny ?

S’agit-il d’un premier pas sur le bon chemin qui n’est pas fait franchement?
La nouvelle Barbie nous ressemble certes,  mais on lui colle l’étiquette « Barbie XL »!
La Barbie classique est donc implicitement celle qui représente la minceur et la beauté…
S’agit-il plutôt d’une opération marketing pour relancer une marque en perte de vitesse?
Barbie telle qu’on la connaît, ne s’inscrit pas vraiment dans la lutte contre la minceur excessive qui a le vent en poupe!

Quand la vice-présidente de la marque affirme qu’elle veut « donner aux petites filles et à leurs parents une vision plus large de la beauté » on peut s’interroger sur le sens qu’elle met derrière le mot…
Large!

 

 

 

 

 

 

26 commentaires

  1. Moi aussi, j’avais trouvé cette initiative formidable ! Mais je ne savais pas que les nouvelles Barbie avaient été cataloguées curvy ! Je n’aime pas du tout ! C’est clair qu’une Barbie est une Barbie. Quand elles étaient petites, j’avais acheté à mes filles plusieurs Barbie noires (on habitait à côté d’un outlet Mattel ). Je suis pas sûre qu’elles auraient accepté leurs Barbie de couleur si je leur avais dit : « mes chéries aujourd’hui, on joue avec les Barbie Blacky !  » Enfin, je ne sais pas si tu comprends ce que je veux dire. Mais je trouve que différencier les barbies selon leur taille, c’est comme de la ségrégation ! Tu as « les normales » et les autres. Ben, ça me fait froid dans le dos ! C’est vraiment un terrible pas en arrière ! Il suffit de regarder la sélection mode Hellocoton, par exemple, pour te rendre compte qu’il y a de tout : ronde ou pas. Ou le site WAM que j’adore, pour qui toutes les femmes sont des modèles ! Ce sont toutes de belles filles sans différenciation. Bon, je m’emballe peut être trop pour un jouet. Mais ça m’énerve (je me répète ). Pour en revenir à ton article, c’est un très bel article et j’espère que Mattel l’aura, un jour, entre ses mains ! Belle journée !

    1. Ce besoin de tout catégoriser est pénible… Effectivement une Barbie Blacky aurait tout à fait été dans le même état d’esprit que cette Barbie Curvy mis à part le fait que Mattel n’aurait pas joué avec le feu de peur d’être taxé de racisme…

  2. Ce qui est fou c’est qu’elle ne sont même pas rondes leurs Barbies « curvy » elles sont minces, elles ont l’air juste en meilleure santé…mais pourquoi ne sourient-elles pas? Elles sont au régime peut être…

  3. Pour moi tout ça transpire l’hypocrisie et le marketing…
    Sachant qu’il n’est pas prévu de faire un Ken curvy…
    Bon week-end !

  4. C’est clairement une opération marketing. Mattel veut se donner bonne conscience en proposant des poupées aux formes larges. Par la même occasion, les ventes vont augmenter grâce à la multiplication des produits. Pour ce qui est du formatage des petites filles sur le physique, je n’ai personnellement jamais voulu être mince comme ma Barbie. Un jouet ne pouvait pas être mon modèle, car pas réel. Enfant et ado, je voulais ressembler à des mannequins vedettes, des actrices ou chanteuses, voire aux plus belles filles de l’école. Le poids et moi, une longue histoire.

    1. C’est vrai qu’il est peut-être plus difficile de s’identifier à un jouet qu’à une vraie personne. Cela étant le virtuel prend une place de plus en plus importante dans la vie des enfant. S’identifier à une poupée Barbie peut-être pas mais à une Barbie que l’on fait évoluer dans un jeu de rôle virtuelle dans le genre des Sims, pourquoi pas…

      1. Ce qu’il faut surtout faire comprendre aux enfants, c’est que ces images véhicules dans les médias ne sont que des images fantasmées de la femme idéal et donc irréelles. Plus facile à dire qu’à faire quand on voit le bourrage de crabe qu’ils subissent! Mes enfants ne regardent que très peu la tv car les pubs m’insupportent. Malgré tout ils dont influencés par le matraquage « ça c’est fille » « ça c’est garçon »…

  5. J’ai entendu à la radio aussi qu’ils avaient fait des nuances de peau différente, j’aime beaucoup l’idée mais effectivement si dessus ils font « Barbie blanche », « Barbie noire », « Barbie asiatique », « Barbie métisse » ou je ne sais quoi ça sera bizarre…
    En tout cas comme ça j’hésiterai pas à prendre une Barbie pour Lulu si jamais elle me casse les pieds pour en avoir 😀

  6. Coup marketting, c’est évident ! Mais soyons honnêtes, c’est une grosse marque, leur but est de faire des bénéfices, pas de sauver le monde. Alors c’est un coup marketting plutôt bien monté (parce qu’une fois que tu auras acheté 2 poupées différentes, il te faudra leur acheter à chacune de nouveaux habits qu’elles ne pourront pas échanger). Mais si ça peut aider les petites filles à s’accepter… tant mieux. Bon, je ne pense pas que cela fasse de miracles… Si les magazines, les podiums et l’industrie du cinéma nous montrait des femmes un peu plus réalistes (non l’anorexique qui n’a mangé qu’une pomme en une semaine pour faire la couv de Crétine Magazine n’est pas réaliste), je pense que cela changerait déjà plus de choses.

    1. Si on poussait réellement les femmes à avoir un poids « santé » et à apprécier le corps qui lui est associé ( sans faire semblant avec des lois qui seront contournées ou des poupées Curvy)les choses changeraient un peu… Mais quel manque à gagner!!! L’ industrie de la minceur en prendrait un sacré coup et on regarderait peut-être plus les femmes que les collections de haute couture. 😀

      1. Je crois que tu as entièrement raison quand tu dis qu’on regarderai plus les femmes que les collections haute couture. Cela me rappelle les mots d’un grand couturier (Lagerfeld de mémoire, mais je n’y mettrai pas ma main à couper) qui disait que le vêtement ne devait pas s’adapter à la femme, mais c’est la femme qui devait s’adapter au vêtement. …

  7. Je ne suis pas une grande fan des Barbies mais ce n’est qu’une poupée et je ne suis pas sûre que les petites filles s’identifient réellement à son physique. D’ailleurs je ne connais aucune petite fille qui veuille ressembler à un Sylvanian, à une Playmobil ni à sa poupée Corolle qui n’ont pas non plus des physiques très réalistes 😉
    Barbie elle a surtout un look qui fait rêver, ce qui explique son succès depuis les années 60 !!
    Donc à mon avis, si les petites filles veulent maigrir, c’est que leurs mères sont comme ça, surtout dans un pays qui a de gros problèmes d’obésité.
    Et pour en revenir à Barbie Curvy, moi ce qui me gêne le plus ce sont ses mains et ses pieds. Je ne sais pas si c’est la photo mais il paraissent trop petits… en même temps, les mains et les pieds des playmos et des sylvanians hein… 🙂 🙂 🙂
    Bisous

  8. L’étude américaine dont tu parles fait vraiment peur. Comment est-ce possible qu’une enfant de cette tranche d’âge soit en proie à des complexes de poids! Le fait que Mattel fasse enfin un effort pour faire des poupées réalistes est une bonne chose mais effectivement il est un peu difficile ce pas en avant apparemment. Je suis d’accord avec toi le nom crée une certaine stigmatisation de leurs nouvelles poupées. Et je trouve que la garde de robe est nettement moins glamour que celle de la Barbie « classique » voire même, quitte à paraphraser Christina Cordula, « mémérisante ». Mis à part ces différents points je pense que l’effort est louable et qui sait c’est peut-être un premier pas vers une nouvelle mentalité.

  9. Finalement il faudrait des poupées aux mensurations diverses et variées, et qu’on ne leur colle pas une appellation en fonction de leurs mensurations justement. 🙂 Parler de Barbier curvy c’est justement mettre l’accent sur ses rondeurs… 🙂

  10. Tout à fait d’accord avec ton article. C’est aussi la raison pour laquelle je ne suis pas du tout fan de la reine des neiges… Joséphine a pleuré un jour parce qu’elle n’était pas blonde comme Elsa… Un petit chagrin de petite fille qu’on a vite consolé et dont elle n’a plus reparlé depuis, mais Barbie comme la reine des neiges imposent aux petites filles des critères de beauté qu’elles gardent -consciemment ou pas- comme des références. Alors oui, vive les Sylvanians !

    1. C’est vrai que je n’avais jamais réfléchi à la blondeur de la reine des neiges ou à ses yeux bleus (Lapinette est blonde aux yeux bleus…) C’est pour cela que nous aimons nos Sylvanians, les lapins et Totoro par ici 😉 Mais il est difficile de ne pas tomber dans la Frozenmania…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s