Encore!

D’abord « Aco! » , puis « Enco! » et  finalement « Encore! ».
C’est, je crois, le premier mot qu’a prononcé Lapinette.
Avec cet « Encore! » , s’aiguise notre réactivité et notre sens créatif!
Et ce, même à l’heure du coucher…

« Maman! Raconte-moi une histoire! »

D’accord…

C’est l’histoire d’un vilain lapin très malpoli qui était le voisin d’un très gentil petit fermier.
Le lapin malpoli, adorait embêter le petit fermier.


Un jour, il se rendit chez le petit fermier.
Il trouva une très grande échelle dans le jardin.
Il monta à l’échelle tout là haut, tout là haut, tout là haut et arriva devant la fenêtre de la chambre du petit fermier.
Le lapin malpoli frappa à la fenêtre.
Le petit fermier ouvrit sa fenêtre et le lapin malpoli tapa le petit fermier.
Le gentil petit fermier appela sa maman:
« Maman! Le lapin malpoli m’a tapé! ».
bunny-155317_640

La maman du petit fermier alla trouver la maman du lapin malpoli.
Elle lui dit: « Le petit lapin malpoli est venu taper mon gentil petit fermier! »
Alors la maman du lapin malpoli le punit.
Pendant ce temps, la maman du gentil petit fermier lui prépara un bon gâteau au chocolat pour le consoler.
Un peu plus tard, le petit fermier se rendit à son tour chez le lapin malpoli avec un bout de gâteau à la main. Il trouva une très grande échelle dans le jardin.
Il monta à l’échelle tout là haut, tout là haut, tout là haut et arriva devant la fenêtre de la chambre du lapin malpoli.
Le petit fermier frappa à la fenêtre.
Le lapin malpoli ouvrit sa fenêtre et le petit fermier lui dit:
« Ce bon gâteau au chocolat est pour moi! Toi tu es puni et tu n’en auras pas!
Il ne fallait pas me taper! C’est bien fait pour toi! »

Je n’imaginais pas à cet  instant qu’il faudrait ,dans la seconde, inventer
« Le lapin malpoli et le petit fermier: la saga » face à de joyeux:
« Encore maman ! Encore le lapin malpoli! »

La joie que procure un rappel est donc tout relative!
Là où une rock star, acclamée par son public en délire, verra le goût de trop peu qu’à laissé son concert ; une maman , elle, ressentira le syndrome du « cerveau vide » (a.k.a. « Mais qu’est-ce que je vais bien pourvoir raconter maintenant??? »)

Je déploie alors des trésors d’imagination, des talents insoupçonnés se révèlent comme par magie, c’est un véritable florilège:
« Le lapin malpoli qui ne voulait pas manger sa soupe tomes 1 et 2. » ,
« Le petit fermier  2.0 le retour! » ,
« Le lapin malpoli et le petit fermier vont bientôt dormir. »,
« Les paupières du petit fermier sont lourdes. »,
« Le lapin malpoli dort enfin. »

Je sors de la chambre…

« Mamaaaaan! Ze voudrais une petite chanson! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s